LE PROJET BP

Le budget participatif est un processus de démocratie participative dans lequel des citoyens peuvent affecter une partie du budget de leur collectivité territoriale, généralement à des projets d'investissement. Née en 1989 à Porto Alegre au Brésil, cette innovation démocratique s'est diffusée à travers le monde.

Logo Projet Budget Participatif
Ce projet a pour objectif de contribuer à l'amélioration de la gouvernance et de la redevabilité grâce à un processus inclusif d'élaboration des budgets communaux.

En Côte d'Ivoire, le Projet Budget Participatif (BP) dont l'intitulé complet est
« Accès à l'information, renforcement des capacités des leaders d'opinion et animation des fora communautaires pour la promotion du Budget Participatif dans 10 communes de la Côte d'Ivoire » est un projet dont la Délégation Fondation Akwaba (DFA) en partenariat avec l'Association Jekawili et Fundaciò Akwaba España bénéficient sur la période 2017-2019.

Ledit projet est cofinancé par l'Union Européenne et les structures de mise en œuvre que sont la Délégation Fondation Akwaba (DFA), l'Association Jekawili et Fundaciò Akwaba España.

Le Budget Participatif est un processus de démocratie directe, volontaire et universelle, par lequel les populations peuvent débattre et décider des priorités dans les politiques publiques. Il se présente comme un outil capable de susciter l'implication directe des différentes couches de la population dans la gestion des affaires publiques locales et renforcer les valeurs de la transparence, de redevabilité sociale et la pratique de la bonne gouvernance locale.

Le projet Budget Participatif a pour objectif général de contribuer à l'amélioration de la gouvernance et de la redevabilité grâce à un processus inclusif d'élaboration des budgets communaux.
Le projet est mis en dans dix (10) communes de la Côte d'Ivoire en l'occurrence les villes d'Abengourou, Bondoukou, Daloa, Divo, Duekoué, Ferkessédougou, Gagnoa, Korhogo, Man, et Yamoussoukro.

Logo Projet Budget Participatif

Les bénéficiaires du projet sont 350 leaders d'opinions issus des organisations de la société civile, des chefferies traditionnelles, des confessions religieuses et des médias et au moins 2 000 000 de personnes au sein de la population dans les communes cibles du projet.

COMMENTAIRES